etude d'un batiment ( R + 9 ) + sous sole




Dans le cadre de ce projet de fin d’étude, nous avons procédé au calcul d’un bâtiment comportant un sous sol,un RDC commercial et 09 étages a destination d’habitation (R+9+sous sol), dont le système de contreventement mixte est assuré par des voiles et des portiques .


"Article Seulement pour enrichir les connaissances"

construction d'un pont
les matériaux

Pour la construction d’un pont à haubans, rien n’est laissé au hasard et une bonne utilisation des matériaux est primordiale pour la sécurité et la rigidité.
Tout d’abord, l’acier est utilisé pour les haubans, les voussoirs, l’ancrage, mais aussi pour le tablier ainsi que pour d’autres parties de la structure soumis à des efforts importants.
L’acier est un alliage de fer et de carbone, il a pour avantage de pouvoir résister à des efforts de tractions importants.
Mais l’acier a aussi des inconvénients : fragilité aux basses températures, prédisposition à la fatigue. C’est pourquoi, de nos jours, l’acier est très bien maîtrisé. Chaque partie du hauban reçoit une triple protection contre la corrosion (galvanisation, enrobage de cire pétrolière et gaine en polyéthylène extrudé) pour éviter la détérioration du matériel.

Par la suite, le béton est le deuxième produit le plus consommé pour cette construction.
Le béton actuel est à la base de ciment Portland (1824), cuit dans des fours à 1450 degrés avec un mélange de roches calcaires, silicieuses et alumineuses. Sa solidité est le résultat d’une réaction d’hydratation.
De plus, ce matériau présente le gros avantage de pouvoir être employé à l’état plastique, voir fluide ; il peut donc être coulé en moule de n’importe quelle forme et il se solidifie ensuite pour devenir comme de la roche qu’on aurait modelée.
De même, le béton se dégrade lentement et a donc une durée de vie plus ou moins importante (20 à 100 ans) selon sa composition.
Le béton résiste aussi très bien aux efforts de compression, mais mal aux efforts de traction, d’où l’ajout de renforts métalliques ou de renforts actifs est alors nécessaire.
Ces renforts nécessitent chacun un type de matériel.
D’une part, les renforts métalliques se constituent de béton armé : lui-même fait à partir de barres d’acier noyées dans le béton, et utilisées dans les zones soumises à des efforts de traction importants. Malheureusement, celui – ci présente un inconvénient : il peut se dégrader prématurément sous l’action de l’oxygène et de l’humidité.
D’autre part, les renforts actifs se constituent de béton précontraint afin de renforcer le béton, surtout en traction, en y ajoutant des torons en acier. Le câble est alors préalablement tendu, sur lequel on coule le béton puis on relâche les câbles pendant la prise : ceux-ci étant élastiques compriment l’ensemble et le renforce.
Pour les tabliers des ponts à haubans, on utilise cette technique pour solidariser l’ensemble des voussoirs par une précontrainte longitudinale.

Enfin, on rencontre également d’autres matériaux tels que le bois, la brique, les pierres, les chaux, ciments et mortiers, ainsi que la terre armée.

JAK JOHAN. Powered by Blogger.