couleur des façades pdf




Ce catalogue présente 165 couleurs pour l’extérieur qui combinent la protection et l’esthétique (couleur, texture et finition) des bâtiments. Ces couleurs sont des teintes uniques et exclusives CIN. Elles résultent d’une étude rigoureuse des colorants et des pigments menée par le Centre de Recherche et Développement CIN. L’objectif principal de cette étude a été de créer une gamme variée de couleurs alliée à une excellente résistance en extérieur


"Article Seulement pour enrichir les connaissances"

La construction d’un pont : un chantier en 5 étapes

Depuis la nuit des temps les hommes ont eu besoin de se créer des passages pour franchir des obstacles naturels variés comme les rivières, les ruisseaux ou encore les fossés. Pour cela ils ont dû construire des ponts en bois, en pierre … jusqu’à ceux que nous connaissons aujourd’hui.

Laissez-nous vous expliquer les 5 étapes nécessaires à la construction d’un pont dans le secteur des travaux publics.
Première étape : Les fondations
Elles servent de base au futur ouvrage et ne doivent donc pas être sous estimées. Les fondations ont en effet pour fonction de répartir les diverses charges du pont (masse, poids, surcharge, forces …) de façon efficace et cela selon la nature du terrain accueillant la structure. En effet, les caractéristiques de l’environnement orienteront les décisions techniques et le processus à mettre en place.

Les fondations peuvent être de deux types :

    Les fondations superficielles : Ces fondations sont privilégiées pour les ponts dont le niveau est proche de celui du terrain car dans ce cas les ouvrages sont soumis à des contraintes réduites par rapport à la prise au vent et à leur pesanteur. Il est également essentiel que les roches réceptionnant l’ouvrage soient saines, non décomposées et peu fissurées.
    Les fondations profondes : Ce type de fondation est plus adapté dès lors que le pont commence à prendre de la hauteur. Dans ce cas il arrive régulièrement que le sol révèle une couche plus résistante en profondeur. Lors des chantiers on rencontre trois situations donnant lieux à trois genres de fondation :
        Le sol dit « bon », lorsqu’il est possible de poser les fondations directement sur un sol stable, on parle alors de fondation semelle.
        Le sol dit « mauvais puis bon », nécessite, lui la pose de quatre pieux dans le sol instable jusqu’à atteindre le bon sol.
        Le sol « instable », lorsque le terrain ne propose pas de bon sol il n’y pas d’autre choix que d’installer de nombreux pieux qui permettront une bonne résistance même en cas de compression importante.

Lorsqu’il n’y a pas de résistance en profondeur il faut tout de même trouver une solution pour exercer un appui efficace sur la surface à l’aide de pieux que l’on appelle alors « flottant ».
Deuxième étape : La réalisation des appuis
Troisième étape : L’assemblage et le lançage du tablier
Quatrième étape : Le coulage de la dalle
Cinquième étape : Les finitions
JAK JOHAN. Powered by Blogger.